À propos

Chose promise, chose due !

L’album « L’EGLISE » est disponible et c’est maintenant à vous de jouer pour en devenir possesseur.
Comment faire ? Rien de plus simple…

– Pour l’acheter physiquement, il existe différentes formules : http://sedonasunrise.eu/produit/leglise
(Et Dieu sait que la boîte est belle !)

– Pour le télécharger en WAV (qualité supérieure) : http://bit.ly/1wXv2Zx

– Pour le télécharger en fichier torrent (format wav) : http://bit.ly/1wXv8At

Dans tous les cas, rendez-vous sur sedonasunrise.fr pour tout comprendre !
Maintenant, un petit message pour les habitués de l’univers Sedona Sunrise… On s’occupera de faire un autre post plus publicitaire après…
Cela aura été une sacrée aventure que d’écrire et enregistrer cet album. Presque 3 ans de boulot… Bien sur, il ne s’agit jamais de 900 journées de travail acharné mais c’est le temps, dans une vie, que ça nous a demandé pour avoir nos esprits dans l’espace idéal qui permet de créer et de créer « ça ».

Nous nous étions quittés en 2011 avec de premières démos composées très jeunes, en puceaux de la musique, qui avaient été, d’ailleurs, plus que bien reçues mais qui, tout de même, reflétaient plutôt la beauté et la naïveté de premières chansons, de premiers essais en studio, de premiers pas qui tatonnent, qu’un travail totalement abouti de musiciens épanouis et évoluant de façon professionnelle.

C’est un véritable plaisir que d’enfin livrer « L’EGLISE » puisque surfer sur Ironic Melodies toutes ces années aura été compliqué. Maintenant on peut VRAIMENT faire les malins !

Comprenez-donc, ce serait comme demander à un menuisier sûr de ses capacités de se vendre sur les fondements d’un meuble mignon mais bancal qu’il aurait façonné durant son adolescence ! C’est cruel ! Mieux vaut pouvoir montrer ses toutes nouvelles créations ! Ses belles portes, ses grandes commodes. Il en est tout fier.

Nous aussi… On l’a poncé cet album !

De retour de Londres et arrivés à Paris, on a du se chercher encore un peu… Faire des achats de matériel pour pouvoir être indépendants (louer un studio comme beaucoup de groupes ? Non merci…), trouver des amis et des musiciens, faire quelques concerts et surtout surtout, travailler. Il a fallu écrire les chansons et passer par l’étape abominable mais jouissive d’enregistrer ces machins. Après 7 ou 8 ans d’exercice, que ce soit dans le jeu de nos instruments, du chant ou, également très important, de la prise en main d’un ordinateur, c’est à dire dans le mixage et le travail d’ingénieur, nous en sommes arrivés là où nous en sommes.

Le choix de prendre notre temps pour livrer un véritable et rare album s’imposait alors. De A à Z il sort de nous… Enfin, jusqu’à Y, disons, puisque nous avons laissé le mastering entre les mains avares d’un spécialiste (il adorait les thunes…). Les prises de son, l’interprétation, le mixage, l’artwork et le livret, la majeure partie du financement, le site, la vente… C’est nous.

Toujours est-il qu’aujourd’hui, c’est là, c’est ce que c’est et ce sera à l’avenir et aux auditeurs d’en décider.

Ceux qui nous suivent depuis des années seront coutumiers de notre propension à souvent prendre les « problèmes » « à l’envers » (autant dire à l’endroit, donc) et n’aurons aucune surprise à nous voir rester fidèles à ces habitudes, au grand dam de bon nombre de moralisateurs donneurs de leçons aveuglés.

Livrer une petite chanson par semaine ? Jouer et jouer encore dans des bars, pendant dix piges, une musique qui ne peut logistiquement pas refléter ce que nous sommes et ce que nous faisons dans l’objectif fantasmagorique de se faire « repérer » ? Sortir un EP pour « préparer un « album » ? Se cantonner au digital puisque « le cd est mort »?

Beaucoup mangent ces salades mais nous n’en sommes chez Sedo pas très friands. Sans jugement, c’est ainsi !

On décide de créer avant tout pour nous, parce qu’on doit le faire, parce qu’on trouve ça beau et pour ceux qui auront ou bien la chance ou la malchance, suivant les avis, de tomber dessus.

Si un jour ça explose, vous pourrez vous la raconter et si au contraire, comme c’est fort possible, ça reste injustement confidentiel, en partie par notre faute, comme c’est le cas aujourd’hui, vous pourrez toujours vous sentir clients d’un met rare ! On sera un peu comme la pizzeria planquée du coin, la meilleure de Paname. Un peu de sauce piquante peut-être ?

Nous voudrions remercier tous ceux qui ont participé à la création de cet album en commençant par les musiciens qui ont ou bien collaboré avec nous ou bien qui ont accompagné l’aventure Sedo pendant des mois et des mois… On pense avant tout à Lek, notre guitariste magicien et le seul avec qui on s’imagine travailler : merci pour ta confiance et tes magnifiques pistes, Président ; à Laurent pour son saxo Springsteenien et sa gentillesse face à nos exigences ; à Marin pour avoir accepté de nous poser la basse avec groove et simplicité ; à Anne pour ce que la beauté de son timbre apporte aux chansons sur lesquelles elle chante : tous les compositeurs cherchent leur voix féminine ! On pense aussi à Hyanryo, la violoniste virtuose Coréo-Japonaise aujourd’hui repartie dans sa contrée natale : vivement ton retour qu’on puisse retravailler ensemble ! Enfin, nous n’oublions pas non plus Fé et Luca, nos deux acolytes chanteurs lyriques : une incroyable soprano et un puissant ténor… Nous prêter vos voix est un cadeau formidable qui donne une nouvelle dimension à notre musique et nous fait nous projeter dans l’avenir : on espère pour le futur de nouvelles collaborations toujours plus belles.

Enfin, nous aimerions aussi remercier chaleureusement tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, soutiennent le projet Sedona Sunrise, que ce soit de la façon la plus concrète et pécuniaire à celles plus mystiques du soutien et de l’amour… Merci en particulier aux contributeurs d’Ulule (Vos colis arriveront dès que tout sera prêt, d’ici la fin de l’année/début Janvier, comme promis. D’ici là, certains seront contactés par mail pour une confirmation d’adresse etc…) et à tous ceux qui ont acheté ou achèteront l’album.

Que ceux qui ne peuvent ou ne désirent pas s’offrir le disque ne se sentent pas exclus : si nous avons décidé de laisser une version téléchargeable gratuitement de l’album, ce n’est pas pour faire beau. Savoir notre musique dans l’ordinateur, la chaîne ou le téléphone de centaines de personnes, c’est simplement magique. De toute façon, la rationalisation de l’industrie musicale et du prix d’un disque aujourd’hui donne envie de pleurer. Nous ne sommes plus à ça près… Un travail si colossal, si long et si couteux qui ne vaudrait que 10 euros là où un bouquin en coûte souvent 30 et une peinture 1000 ? La question mérite d’être soulevée. Pourquoi pas 5000 euros le disque, après tout ? Cela ne serait pas plus absurde, au contraire. Toujours est-il qu’on le vend non à 15, non à 12 mais à 10 euros, parce qu’on considère que dans la conjoncture du monde musical, c’est le prix honnête. Par conséquent, dans un mouvement désespéré et cosmique qui correspond bien à Sedona Sunrise, on le met à disposition gratuitement également, en parallèle. Merci à vous aussi, donc.

Il y aurait bien des choses à dire et à écrire – et c’est d’ailleurs pour ça qu’on a un tout nouveau site tout mignon – mais l’essentiel ça reste, ici, la musique. On ne peut pas citer tout le monde et n’avons dans tous les cas pas oublié les âmes qui comptent le plus dans le livret du disque. Vous verrez bien… Ou pas…

A dans 3 ans…

Non, ce serait trop facile ! En réalité sortir ce CD veut dire beaucoup et notamment que nous avons passé beaucoup d’étapes et de difficultés, que nous sommes des musiciens nouveaux et des producteurs nouveaux également. Bref, tout ça pour dire quoi ?

Nous fourmillons d’idées et d’envies et nous avons enfin les moyens et le savoir pour pouvoir les réaliser et les offrir au monde à un délai autre qu’une production tous les trois ans. Une surprise va suivre très très bientôt, d’ailleurs.

Merci encore à toutes et à tous et bonne écoute. N’hésitez pas – à défaut de ridiculement vous inviter à « en parler autour de vous » – à nous livrer vos impressions.

David & Julien
Décembre 2014